Nos tutelles


   

   

nos reseaux sociaux


               

Rechercher




Accueil > Coin des étudiants > Sujets de Thèses

Gouttes vivantes : l’étalement cellulaire vu comme un problème de mouillage

publié le

La forme qu’adopte une cellule vivante joue un rôle majeur dans sa physiologie. Lorsqu’une cellule s’étale sur un substrat plan, elle adopte une forme qui n’est que partiellement similaire à celle d’une goutte de liquide. En effet, la concavité de sa surface libre s’inverse à proximité de la ligne triple qu’elle forme avec le substrat. Ce changement de concavité doit pouvoir nous renseigner sur l’équilibre mécanique qui régit la forme cellulaire.

On sait que celui-ci est dominé par les forces exercées par une fine couche de matériau à la surface de la cellule, constituée d’un réseau de polymères, appelée cortex d’actine. Au sein de ce cortex, les molécules-moteurs de myosine génèrent une tension mécanique qui peut être modélisée comme une tension de surface, ce qui amène à la comparaison avec les gouttes liquides. Cependant, le changement de concavité indique qu’un ou plusieurs phénomènes supplémentaires modifie l’équilibre cellulaire. Nous disposons d’observations expérimentales et de quantifications qui permettent d’aborder ce problème en quasistatique puis en dynamique. Sa résolution doit permettre de comprendre les mécanismes et composants déterminant la forme spécifique d’une cellule.

Voir en ligne : Contact Jocelyn Etienne