Nos tutelles


   

   

nos reseaux sociaux


               

Rechercher




Accueil > Coin des étudiants > Stages Prolongeables par une thèse > Tous les stages.

Effets collectifs en environnement complexe chez les poissons

publié le

L’auto-organisation de groupes d’individus est un phénomène fascinant que l’on retrouve du peloton cycliste aux nuées d’étourneaux en passant par les troupeaux de moutons. Le comportement collectif des poissons est un exemple étonnant de mouvement coordonné qui se forme spontanément à grande échelle malgré les capacités de communication limitées entre les individus.

Des études in situ permettent d’identifier l’intérêt de ces comportements en banc : gain d’énergie pour la nage, effet visuel pour la lutte contre un prédateur. Plus récemment, des études expérimentales en laboratoire ont permis de mettre en évidence certains paramètres importants pour modéliser les interactions entre individus : distance entre poissons (densité), orientation relative entre individus et également vitesse de nage. Différentes phases de mouvements collectifs (polarisés, rotatoires, désordonnés) ont été caractérisées par différents modèles dynamiques de systèmes hors de l’équilibre. Mais notre compréhension globale des mécanismes impliqués dans ces comportements collectifs de poissons reste limitée.

L’objectif de notre travail, expérimental et numérique, est de dépasser l’observation de groupes de poissons nageant librement et de perturber cette auto-organisation par un environnement complexe. Gêner les interactions entre poissons permet de sonder un peu plus quels en sont les mécanismes. L’objectif du stage sera d’acquérir des données sur le comportement de groupes de poissons en présence d’obstacles imposant une distance inter-poissons minimale. Différentes conditions seront étudiées pour tester les limites de leur comportement collectif : en présence de nourriture, d’un flux, de lumière ou de panique. Ces expériences seront complémentaires de celles du doctorant présent dans l’équipe. Nous pourrons les comparer à des simulations numériques et différents modèles développés par P. Peyla au laboratoire.

Contact :

A. Dupont Aurelie.Dupont@univ-grenoble-alpes.fr